vendredi 30 juin 2017

Du bio aux pesticides: comment ça marche?

Du courage


d’Isabelle Saporta


Journaliste d’investigation, documentariste et chroniqueuse, Isabelle Saporta s’attaque aux sujets des plus épineux que nous retrouvons dans nos assiettes : pesticides, OGM et toute la pollution qui nous arrose quotidiennement.

Dans cet ouvrage, elle détricote les lobbys liés à l’agroalimentaire et tout le système politique qui en découle. Nous y découvrons l’inertie, le manque de « courage » de certains, le manque de moyens aussi. Mais surtout Isabelle Saporta met en lumière toutes les aberrations de ce système qui ne fait que détruire notre biodiversité, notre santé et par extension notre culture et patrimoine.

Ainsi dans cet essai elle aborde le combat contre les lobbys, l’alimentation bio et toutes les mécaniques absurdes qui font obstacles. Par exemple les perturbateurs endocriniens qui abreuvent dans les assiettes des consommateurs et la politique qui se cache derrière : « La commission , qui, manifestement, n’a pas peur du ridicule, a trouvé le moyen d’établir une réglementation censée interdire les perturbateurs endocriniens, mais qui permet en fait d’éviter à ces substances d’être interdites ! A quel motif ? Ces produits ont été créés pour être des perturbateurs endocriniens qui ont des effets sur la faune, non ? Donc on ne va pas les interdire parce qu’ils auraient des effets sur la faune et sur nous, non ? Voyez comme les choses sont simples quand on parle couramment le langage des lobbyistes ! »

Isabelle Saporta ne fait pas que s’appuyer sur les actions des lobbys, les décisions institutionnelles, elle cite des faits très concrets de paysans victimes de ce système absurde. Mais ces paysans avec l’épée de Damoclès au-dessus de leur tête ne sont que les victimes à très court terme, les consommateurs et les générations futures vont en pâtir lourdement, salement. L’obligation d’abandonner les races rustiques au détriment de races fragiles mais productives, l’abandon forcé d’espace naturels (prairies...) qui n’ont que pour but de nourrir une biodiversité et donc de nous nourrir sainement pour les transformer en champs céréaliers gourmands en pesticides, sont que de maigres exemples de cette destruction massive de nos terres paysannes au profit d’une agriculture intensive ou d’élevage productiviste.
Tout y passe, les abeilles, les abattoirs, les pesticides, le CETA, TAFTA, la pêche, le bitume (et oui une belle usine de bitume au sein du vignoble du Chablis) et la dilapidation des petites exploitations au profit des grosses firmes en particulier celles provenant de l’Empire du Milieu !

Très bon ouvrage, accessible, instructif qui offre de très bonnes clés pour comprendre ce qu’on veut
nous faire manger, boire et respirer !

C. Bertin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire